Cours de piano pour se libérer !

Le cours de piano qui motive

Il faudrait demander aux personnes ce qu’elles ressentent quand elles peuvent jouer des notes et ne rien avoir d’autre à penser, seulement aux notes qui défilent sur leurs doigts …

Je vous écris ce texte parce que je ne sais pas pourquoi lorsque j’étais enfant, j’aimais jouer de la musique.
J’avais un peu envie de m’isoler dans mes pensées et j’avais aussi une autre envie, car j’étais un grand rêveur, c’était de m’exprimer autrement. Etant enfant, parfois j’avais des choses à dire, et sans rentrer dans les détails, j’avais besoin de prouver certaines choses à mes parents, surtout à mon père, et je ne sais pas pourquoi, avais besoin de me démarquer de mes camarades.
Quand j’étais adolescent j’ai commencé à gagner de l’argent en donnant des cours à certains camarades de classes qui me l’avaient demandé et je jouais dans mon premier orchestre à l’âge de 13 ans.
Je faisais danser les adultes qui me payaient pour cela. J’avais trouvé cela très valorisant alors que pour moi, jouer de la musique c’était comme un “médicament”.

Ensuite, être sur une scène à l’âge de 13 ans et à partir  de 14 ans avec un orchestre de 7 musiciens, c’était vraiment “magique” pour moi. Ce qui m’a plu aussi c’est d’enseigner à mes copains et de voir des mamans dire à ma mère, mon fils prend plus de plaisir à jouer de son instrument depuis qu’il prend des cours avec Jean-Marie. Ma mère n’en revenait pas, ne comprenait pas pourquoi, mais évidemment, elle était heureuse d’entendre cela et assez fière.

Par contre, parfois, du fait que j’avais 14 ans, elle me disait : “mais tu n’as pas honte de faire payer tes copains ?”, alors je lui disais, ce ne sont pas mes copains qui paient, ce sont les parents. Aussi, toi, tu paies bien mes cours au professeur et moi je fais payer bien moins cher.

En tout cas cette expérience de donner des cours très jeune m’a permis de me rendre compte qu’il y avait parfois des choses incohérentes comme le fait d’apprendre trop tôt de la théorie qu’on est loin de pouvoir mettre en application sur l’instrument.
Ou bien des leçons pratiques difficiles à mettre en place parce que des bases importantes n’ont pas été développées en amont.

C’est à ce moment là que j’ai commencé à chercher comment permettre aux élèves d’avoir tout de suite un sentiment de réussite et comment apporter des résultats qui servent à gagner du temps.

En 1979, à l’âge de 18 ans j’ai donc créé ma première école de piano, de guitare et de batterie.
Oui, j’avais oublié de vous dire que j’aimais chanté sur scène avec ma guitare, faire danser les adultes aussi en jouant de la batterie.

A l’âge de 16 ans, je jouais dans différents jazz club à la batterie ou à la guitare et à l’âge de 17 ans, j’ai commencé le piano jazz  alors que je jouais en parallèle le classique et de la variété au clavier.


.
Le cours de piano qui offre une vraie liberté

La conception des partitions de piano de La Méthode COLIN est basée sur l’idée que plus vous revoyez régulièrement certaines techniques, plus votre mémoire se familiarise avec tous les acquis, et plus votre expérience musicale est solide.

Ensuite, pour communiquer en musique il ne faut pas seulement répéter des notes, c’est bien aussi de comprendre le langage musical. Je ne parle pas de “solfège”, je vais bien au-delà, je pense tout simplement à la logique des combinaisons de notes, aux différentes harmonies, aux suites harmoniques, aux différentes et aux variantes rythmiques.

Il faut savoir que lorsque vous apprenez le piano en rangeant les informations de façon très spéciale, votre cerveau mémorise beaucoup mieux et plus rapidement. L’émotion que l’on peut percevoir au travers de la musique sera beaucoup plus mémorisable que de parler surtout de règles théoriques. Le rythme, les notes, les mouvements seront plus facile à mémoriser et tout particulièrement si vous les apprenez dans un ordre spécial et logique.

Si vous passez par des méthodes de piano où chaque exercice demande beaucoup de temps pour les comprendre et à les appliquer, votre apprentissage ne sera pas un réel plaisir et malgré le temps que vous aurez mis pour réussir, il y a beaucoup de chance que si vous laissez ces exercices de côté durant quelques semaines, quand vous essayerez à nouveau, certainement que beaucoup de choses seront oubliées.

Retenez ceci :
“Ce qui est simple à apprendre, ce qui est simple à appliquer, reste définitivement”.
“Ce qui est compliqué à apprendre et à comprendre, ce qui est difficile à mettre en place, se perd très vite”.
La Méthode COLIN vous enseigne déjà avec le 1er programme COMPLET, 100 partitions progressives et instructives.
Vous apprenez chaque partition en 45 minutes et vous gardez définitivement vos acquis.

.
.
Alors même si à l’âge de 18 ans quand j’ai créé mon école de piano à Macon, et ensuite après deux années quand j’ai écrit mon 1er livre “le musicien polyvalent”, ma méthode permettait de progresser vite, je n’avais pas encore à cette époque créé les 600 partitions progressives. Cela m’a pris des années de recherche, pour organiser les techniques, travailler sur nos différentes mémoires et les réflexes. Vous allez bénéficier ici de plus de 35 années de recherches en pédagogie.

Alors, si vous avez un style de musique particulier que vous voulez apprendre, ne foncez pas “tête baissée” sans respecter le fait que votre cerveau doit s’entraîner et développer des vraies habitudes d’apprentissages.
Il doit également mémoriser des mouvements, des combinaisons de notes, des rythmes, développer par l’oreille une vraie reconnaissance des notes etc. Plus vous apprenez avec les partitions progressives de La Méthode COLIN, plus vous développez en vous des qualités musicales exceptionnelles.

Votre cerveau va acquérir de nouvelles qualités au niveau de l’attention et  de la concentration.

Par conséquent, ne foncez pas “tête baissée” parce que l’on vous donne que ce vous souhaitez. Prenez conscience que passer des heures pour apprendre une partition qui ne reprend aucunes habitudes d’apprentissages déjà apprises, vous allez obligatoirement passer plusieurs heures et prendre des mauvais réflexes pour apprendre une partition.
Un petit clin d’œil pour expliquer qu’il y a “facilité” et “facilité”, quand on veut se passer des bases, il faut ensuite tout défaire et recommencer.

Quand on respecte des étapes, on peut gagner des années et à l’inverse, c’est très facile de perdre des heures, des mois, des années, et apprendre 3 fois moins de partitions par an parce qu’à la clef, il y a eu un manque de patience.
En résumé, il est plus enrichissant de progresser avec des partitions bien construites qui s’apprennent en 45 minutes que d’apprendre dès le départ avec des partitions qui demandent entre 4 h et 10 heures de pratique.